News

Article Les Échos: SailEazy, le Vélib’ du voilier de plaisance

photo-gregoire-guignon-article-les-echos-octobre-2016

Epaulée par Marseille Innovation, la start-up SailEasy s’est assuré le soutien de la région. SailEazy prévoit un développement dans les ports de centre-ville, en France et à l’international. SailEazy, basé sur le Vieux-Port de Marseille, propose, depuis septembre 2015, des voiliers en libre-service à des utilisateurs avertis comme alternative à la propriété. « C’est une innovation d’usage et une proposition complexe que Marseille Innovation, qui nous accompagne depuis un an, a analysée et portée auprès de la région en la faisant adhérer à notre solution. Le réseau a renforcé la crédibilité de notre projet et nous a permis de nous insérer dans le tissu économique local», indique Grégoire Guignon, fondateur de SailEazy.

La pépinière a joué un rôle de facilitateur en appuyant le dossier de SailEazy auprès de la direction du développement économique de la région. « Marseille Innovation, c’est à la fois la plus grande pépinière de la région Paca et la plus ancienne, donc celle qui bénéficie de la plus grande expérience et du plus grand réseau. Elle est incontournable. Il était donc indispensable de la solliciter », justifie Grégoire Guignon.

Aide financière

Enfin, Marseille Innovation a joué un rôle clef dans les différentes démarches auprès du fonds Paca Emergence, qui a aidé la start-up à amorcer son activité avec un prêt participatif de 60.000 euros. « Celui-ci devrait nous permettre de rebondir sur un deuxième fonds régional, Paca Investissement », argue Grégoire Guignon.

Actuellement en phase de développement et de commercialisation, la start-up affiche déjà 160.000 euros de chiffre d’affaires, avec l’objectif de doubler en 2017. Pour assurer son développement, son fondateur prépare une levée de fonds de 500.000 euros, au minimum. « La ville de Marseille est un enjeu fort pour notre implantation. Si on réussit ici, on pourra dupliquer notre modèle partout, sur les ports de centre-ville en France – La Rochelle, Toulon, Cannes et Cherbourg – et même à l’étranger, en Espagne et aux Etats-Unis. »

Article Les Échos: SailEazy, le Vélib’ du voilier de plaisance

photo-gregoire-guignon-article-les-echos-octobre-2016

Epaulée par Marseille Innovation, la start-up SailEasy s’est assuré le soutien de la région. SailEazy prévoit un développement dans les ports de centre-ville, en France et à l’international. SailEazy, basé sur le Vieux-Port de Marseille, propose, depuis septembre 2015, des voiliers en libre-service à des utilisateurs avertis comme alternative à la propriété. « C’est une innovation d’usage et une proposition complexe que Marseille Innovation, qui nous accompagne depuis un an, a analysée et portée auprès de la région en la faisant adhérer à notre solution. Le réseau a renforcé la crédibilité de notre projet et nous a permis de nous insérer dans le tissu économique local», indique Grégoire Guignon, fondateur de SailEazy.

La pépinière a joué un rôle de facilitateur en appuyant le dossier de SailEazy auprès de la direction du développement économique de la région. « Marseille Innovation, c’est à la fois la plus grande pépinière de la région Paca et la plus ancienne, donc celle qui bénéficie de la plus grande expérience et du plus grand réseau. Elle est incontournable. Il était donc indispensable de la solliciter », justifie Grégoire Guignon.

Aide financière

Enfin, Marseille Innovation a joué un rôle clef dans les différentes démarches auprès du fonds Paca Emergence, qui a aidé la start-up à amorcer son activité avec un prêt participatif de 60.000 euros. « Celui-ci devrait nous permettre de rebondir sur un deuxième fonds régional, Paca Investissement », argue Grégoire Guignon.

Actuellement en phase de développement et de commercialisation, la start-up affiche déjà 160.000 euros de chiffre d’affaires, avec l’objectif de doubler en 2017. Pour assurer son développement, son fondateur prépare une levée de fonds de 500.000 euros, au minimum. « La ville de Marseille est un enjeu fort pour notre implantation. Si on réussit ici, on pourra dupliquer notre modèle partout, sur les ports de centre-ville en France – La Rochelle, Toulon, Cannes et Cherbourg – et même à l’étranger, en Espagne et aux Etats-Unis. »